Carnets de voyages

Zimbabwe

Victoria Falls

Samedi matin, nous nous sommes levés à 3h30 pour attraper le taxi commandé par Nabil afin d’arriver à l’aéroport d’Heathrow à temps. Natacha et moi étions assis à côté pour toute la durée des deux vols Londres-Amsterdam et Amsterdam-Harare. Ce fut long mais confortable, les repas et les films aidant à passer le temps. Arrivés au Zimbabwe, nous avons du patienter très longtemps pour acheter nos visas, mais le taxi nous attendait à la sortie pour nous emmener aux Small World Lodges. La nuit étant déjà tombée nous n’avons pas vu grand chose ce soir là. La fatigue nous a poussé dans le lit pour une courte nuit.

Air Zimbabwe

À 6h30 un taxi nous attendait pour nous emmener à l’aéroport direction Victoria Falls via Air Zimbabwe, qui mérite sa réputation d’hospitalité.

En route entre l’aéroport et le centre de Victoria Falls, nous étions tout excités de voir des singes sur le bord de la route. Nous étions loin de nous imaginer qu’ils étaient communs au point d’être partout dans le « Rest Camp » où nous avons notre Lodge. Nous avons d’ailleurs fermé les fenêtres de nos chambres au confort minimal mais suffisant. En effet, nous avons vu quelques singes entrer par la fenêtre d’autres lodges.

Vervets

Après nous ếtre installés, nous avons mangé une pizza et du poulet frit dans la chaîne locale de fast-food « Pizza Inn » et « Chicken Inn », erreur que nous ne ferons plus. Ensuite nous avons réservé nos activités pour la semaine auprès du Backpackers Bazaar.

Nous avons découvert qu’il ne faut pas être pressé, mais que l’on finit par obtenir ce que l’on veut. La coutume locale pour les salutation nous a étonnés, mais nous plaît plutôt : chacun dit bonjour puis s’enquiert pour savoir si son interlocuteur va bien :
– Hello !
– Hello, how are you ?
– I’m fine thank you, how are you ?
– Fine, Thank you.
Et la conversation peut commencer.

Après une petite sieste et un burger de crocodile (au goût et à la texture de cuisses de grenouilles) nous étions en route pour notre première activité. Depuis le 4×4 nous avons pu voir d’autres singes et des phacochères sur le bord de la route. Natacha a vu un Mongoose (suricate – Timon dans le Roi Lion). Et nous sommes arrivés au bateau, embarquant pour notre croisière au coucher de soleil sur le Zambèze.

Coucher de soleil sur le Zambèze

Depuis le bateau nous avons pu observer la faune  aquatique locale : grues et hippopotames ainsi que deux éléphants. À peine une journée et nous étions déjà ravis par tous les animaux exotiques qui nous avons pu observer. Même l’open-bar du bateau et notre amusement face aux missionnaires américains présents sur le bateau ne pouvaient battre ça.

La nuit fut difficile à cause de la chaleur. De plus Natacha et Nabil ont été piqués par des moustiques malgré les moustiquaires et le DEET.

Ce matin, direction les gorges du Zambèze pour une demi-journée d’activités adrénaline : flying fox (suspendu à un câble par le dos), zipline (tyrolienne) et surtout gorge swing (probablement encore plus impressionnant que le saut à l’élastique). Ce dernier procure des sensations vraiment fortes. Après deux sauts (1 en avant et 1 en arrière) nous étions tremblants d’adrénaline pendant une heure passée à attendre Nabil qui avait choisi un circuit moins effrayant.

Gorge swing

Pour nous remettre de nos émotions, nous sommes allés manger à Mama Africa, des plats à la cacahuète qui nous ont bien remplis.

En ce moment, nous sirotons un Fanta au « In da belly » (jeu de mot avec NDebele, un des peuples du Zimbabwe), le bar restaurant du Rest Camp, au bord de la piscine.

Victoria Falls

Hier soir, nous sommes allés au restaurant touristique « Boma ». Accueillis par des danseurs d’apparence traditionnelle, on nous a peint de petites tâches sur le visage et on nous a assis.

Boma

Il y avait un buffet à volonté pour les entrées, les dessert, les grillades et un foyer central avec un animal entier à la broche. Nous avons mangé des viandes exotiques (phacochère, kudu, Guinea fowl, buffle, etc.) et Natacha a même goûté des mopatis, vers / chenilles locaux. La soirée était entrecoupée d’animations dont la principale était un cours commun de Djembé. Très libératoire !

Ce matin, direction l’héliport pour un tour de 15 minutes en hélicoptère au dessus des chutes. Très impressionnant !

Chutes du Zambèze

Puis nous sommes allés dans le parc national pour voir les chutes de plus près et là c’était encore plus impressionnant ! Nous avons presque regretté d’avoir pris le tour en hélicoptère tellement la vue (les vues) du sol sont fantastiques !

Chutes du Zambèze

Les chutes sont tellement puissante que la forêt en face est une forêt tropicale constamment arrosée par la brume et contraste énormément avec la savane aride des alentours. Après avoir pris d’innombrables photos des chutes et du pont, nous sommes revenus en centre ville et nous avons encore aperçu de nouveaux animaux : une sorte d’antilope (impala) et des babouins, plus gros et plus agressifs que les vervets que nous croisons dans le Rest Camp.

Babouin

Après un repas au « In da belly », nous profitons de la piscine, nécessaire par cette chaleur écrasante.

Harare

Mardi après-midi ne fût que repos au bord de la piscine.

Mercredi matin, nous nous sommes levés aux aurores pour prendre un minibus nous emmenant dans la savane à la rencontre de lions en semi-liberté. Ces lions sont élevés par une organisation dont le but est de repeupler l’Afrique de ce prédateur en voie d’extinction. Nous avons eu l’incroyable opportunité de marcher pendant une heure côte à côte avec de jeunes lionceaux de moins de deux ans.

Lionceaux

Le guide nous a rappelé que malgré leur apparence de gros chats, ils restent de dangereux fauves. Mais nous ne nous sommes jamais sentis en danger et nous avons fait une pause pour les caresser, pause durant laquelle ils se léchaient tendrement. Puis nous avons rencontré des lions plus âgés (environ 3-4 ans) que nous avons aussi pu caresser.

Remplis de cette expérience sensationnelle, nous sommes retournés à notre maisonnette et après un repas et du repos nous sommes repartis à la rencontre d’éléphants. Natacha et moi sommes montés sur le dos de Tendaï avec un guide qui nous a tout dit des éléphants durant une splendide balade d’une heure dans la brousse. Nabil montait un autre éléphant.

À dos d'éléphant

Tendaï a 26 ans et est mère de deux jeunes éléphantes qui nous ont accompagnées durant la promenade. C’était magique de voir cette affection entre ces animaux énormes (Jake, le mâle dominant était encore plus impressionnant) et cela a probablement fait de ce mini-safari mon activité préférée. Nous avons même pu observer une antilope et des wildebeests (gnous) au loin, et lorsque nous avons nourri nos éléphants respectifs, les phacochères étaient là pour manger les restes.

Gnou

J’ai vraiment été sous le charme et si je n’avais pas manqué de place j’aurais acheté l’empreinte de Tendaï sur papier. À part les filles de Tendaï et l’éléphant de Nabil qui sont nés avec l’organisation, tous les éléphants sont des orphelins qui étaient voués à une mort certaines selon les guides.

 Phacochères

Le lendemain, nous nous sommes rendus au poste frontière afin de traverser le Zambèze pour rallier la Zambie à pieds. Le passage d’une frontière africaine à pieds n’était pas aussi pittoresque que je l’avais imaginé et les formalités de visa se sont déroulées très rapidement. Une fois en Zambie, nous sommes allés au Royal Livingstone Hotel, très luxueux, où nous avions rendez-vous sur le sun-deck pour aller nager dans la piscine du diable.

The devil's pool

Nous nous sommes rendus sur l’île Livingstone en canot et nous avons glissé dans ce trou d’eau au bord des chutes Victoria, avec 93 mètres de vide à côté de nous. Ce fût encore une expérience impressionnante et la vue sur les chutes est aussi belle de ce côté-ci. Après un petit déjeuner luxueux sur l’île Livingstone, nous sommes retournés sur terre où nous avons pu voir des antilopes et des zèbres en semi-liberté dans le parc de l’hôtel. Ce sont vraiment de très beaux animaux.

Zèbres

Puis nous sommes retournés au Zimbabwe à pieds sous la chaleur écrasante. Après un dernier plongeon dans la piscine du Rest Camp, nous sommes allés à l’aéroport où nous avons rencontré Sukh (collègue de boulot et ami d’Andrew) et sa femme. Eux aussi sont venus pour le mariage d’Andrew et Fiona.

À Harare, nous avons pris le taxi pour « Smallworld » où nous avons rencontré d’autres invitées au mariage (Alice et Sarah). Après une bonne nuit, je finis d’écrire et m’apprête à prendre un petit déjeuner.

Harare

Vendredi, nous étions à l’heure pour le bus loué pour le mariage de Fiona et Andrew. Le bus lui, est arrivé avec une heure de retard et a pris une heure de plus pour partir. Nous avons profité de ce temps pour faire connaissance avec les invités du mariage. Il en est venu de partout dans le monde: Royaume-Uni bien sûr, mais aussi Allemagne, Brésil, Autriche, Australie, Nouvelle Zélande, Zimbabwe…

Le voyage en bus jusqu’à Udu Dam (dans le parc de Nyanga) fût difficile : long, chaud, dans un bus dont les portent ne ferment pas… Mais cela valait le coût: à notre arrivée, un Braï nous attendait. C’est un barbecue africain, la viande est vraiment délicieuse.

Panorama de Udu Dam

Puis nous sommes allés à nos lodges, très spacieuse et confortables, mais avec une fourniture en eau et électricité très irrégulière. Généralement les coupures de courant surviennent aux heures de pointe.

Nyangombe falls

Le lendemain matin, après une bonne nuit sans moustiques, nous avons fait 40 minutes de marche pour nous tremper dans les chutes de Nyangombe. La cascade valait la peine : très belle et très fraîche, on y serait bien resté toute la journée. Mais nous sommes retournés à nos lodges sous un soleil de plomb, pour nous préparer à la cérémonie.

Ce fût une belle cérémonie, sous un grand arbre, au bord du lac d’Udu. Puis la soirée a eu lieu sous une tente non loin. Un groupe de musiciens nous a beaucoup fait danser, cette musique à 2 temps est vraiment très entraînante. Un DJ a remplacé le groupe et je dois avouer que mon abus de vin sud-africain m’a fait oublier la fin de la soirée.

Cadeaux de mariage

Ce matin, le bus est encore parti avec presque deux heures de retard pour le lieu du petit déjeuner, un autre endroit aussi magique qu’Udu Dam où nous avons fait une petite balade dans la montagne avant de reprendre le bus pour Harare.

Mana Pools

Lundi matin nous nous sommes levés aux aurores pour retrouver le groupe de 25 personnes partant pour le séjour à Mana Pools. Nous avons tus pris le petit déjeuner chez Andrew et Fiona, nous avons chargé les 4×4 avec la nourriture et l’équipement et puis : en route !

Sur le trajet nous avons été surpris par de grosses pluies et un de mes sacs à dos, rangé à l’arrière d’un 4×4, a été inondé, laissant ce carnet détrempé. Sur la route, nous nous sommes arrêté à un poste de police local pour déclarer le vol des papiers de Natacha à l’hôtel la semaine passée. Nous avons été agréablement surpris par la gentillesse et la rapidité des agents de police et nous avons pu constater que le peuple Zimbabwéen garde sont sens de l’humour en toutes circonstances.

Hippopotame dans le Zambèze

Après 6 heures de route dont 1 heure sur une piste poussiéreuse, nous sommes arrivés à la lodge louée pour le groupe. Au bord du Zambèze, elle fait face à une vue splendide. Des hippopotames se prélassaient dans l’eau lors de notre arrivée. En voiture nous avons pu constater que le parc de Mana Pools grouille de vie sauvage : impalas et babouins sont visibles à chaque instant, éléphants et zèbres pouvaient être observés au loin. Après un bon repas et un briefing de notre guide ainsi que quelques histoires de safari, nous sommes aller nous coucher tôt afin de pouvoir nous lever à 5h30 ce matin.

Éléphant

À 6 heures nous avons pris un café, puis un petit groupe de chanceux, dont Natacha et moi, est parti avec le guide. Le petit matin est le meilleur moment pour observer les animaux : nous avons vu des impalas par centaine, ainsi que quelques dizaines de petites hordes d’éléphants, l’une d’elles est passée tout prêt de la voiture, la touchant presque.

Kudus

Puis nous avons laissé le 4×4 pour une marche à pieds pendant laquelle nous avons vu des kudus et waterbuck ainsi que quelques phacochères et une myriade d’oiseaux blancs, noirs, bleus,rouges… Nous avons observé des empreintes d’éléphants, de kudus et même de lions que nous n’avons malheureusement pas réussis à pister. Enfin, nous avons pu observer des crottes de tous ces animaux et celles de hyènes (blanches).

Waterbuck et impalas

À notre retour à la lodge, nous avons constaté que les animaux sont ici chez eux : les autres nous ont raconté comment un éléphant les a chassés de la terrasse, et pendant le brunch, les singes vervets s’approchaient de nous. De la terrasse où j’écris, je vois un éléphant majestueux juste en face, j’entends les singes, les oiseaux et les cigales, au loin j’aperçois un hippopotame qui broute. Il y a un nuage, il fait doux, l’instant est délicieux.

 Éléphants traversant le Zambèze

Harare

La soirée de mardi fût joviale, énigmes et blagues autour du feu. La nuit fût fraîche mais nous avons dormi plus longtemps que la nuit précédente.

Éléphants dans le campement

Mercredi, nous avons eu toutes les peines du monde à téléphoner à l’ambassade : le réseau ne passe qu’au pied d’un seul arbre du camp ; nous avons obtenu un rendez-vous pour vendredi 9H pour le passeport de Natacha. Puis tout le groupe a déménagé de la lodge pour aller vers le camp principal. Pendant que nous montions les tentes, un groupe  d’éléphants est passé tout près, à moins de 2 mètres de nous. Malgré la placidité de ces animaux, ce fût un moment impressionnant, presque effrayant. Mais le guide nous a conseillé sur la manière d’agir et de nous déplacer et aucun incident ne s’est produit.

 Buffles

L’après-midi nous sommes repartis pour une marche dans le bush et nous avons vu un groupe de buffles qui m’a paru grand, mais visiblement les troupeaux peuvent atteindre 10 000 individus pendant la saison des pluies !

Jabiru

Nous avons vu de nouveau oiseaux, dont des sortes de cigognes noires à bec rouge très belles. Nous avons pu observer des zèbres au loin et avons appris plein de choses sur la faune et la flore. Nous avons observé des insectes, des phacochères et leurs trous et encore plein d’impalas et de kudus. Pour moi ce fût une journée pleine de nouveaux animaux : le matin même j’avais observé un crocodile se dorer la pilule sur la berge face à la lodge et le sir, des hyènes rodaient dans le camps.

Crododile

La soirée fût de nouveau joyeuse et animée : viande sur le feu accompagnée de sadza (purée de maïs), « charades » (mimes) et histoires terrifiantes et vraies racontées par le guide. Nous avons dit au revoir à Andrew et Fiona avec émotion, avons remercié notre guide et sommes allés nous coucher dans notre tente.

Le lendemain matin, nous sommes partis à 6H avec un couple de retraités anglais qui ont eu la gentillesse de nous emmener jusqu’à Harare. En partant du camp nous avons vu des hyènes, les premières que nous avons vues de jour. Sur la route, nos conducteurs nous ont raconté leurs 15 périples à travers le sud de l’Afrique. C’était passionnant et cela donnait envie d’en faire autant.

Une fois à Harare, nous avons fait faire les photos pour le passeport d’urgence de Natacha puis nous sommes allés chez la mère de Fiona qui nous accueille pour la nuit.

Londres – London

Après avoir passé la meilleure nuit de notre voyage chez Ginny, la mère de Fiona, nous avons pris le taxi pour l’ambassade où Natacha a pur recevoir un passeport d’urgence, La procédure n’a pris qu’une heure, et encore tout cela parce qu’il y avait un problème d’ordinateur !

Nous sommes retournés à l’hôtel pour poser nos affaires et nous sommes aller nous prélasser chez Ginny pour le reste de la journée, entre piscine et piano. En fin d’après-midi, le groupe d’amis est revenu de Mana Pools. Il semble que nous ayons manqué peu de choses, même si nous aurions préféré rester une journée de plus là bas avec eux.

Samedi nous avons visité le marché d’Avondale avec ses sculpteurs et ses vendeurs de bibelots et de vêtements. Nous avons acheté de petites sculptures en pierre à savon. Dans le supermarché nous avons rencontré notre guide par hasard ! Puis nous avons pris notre repas de midi avec Andrew, Fiona et quelques amis. L’après midi a été passée à discuter chez Ginny puis nous sommes allés à l’aéroport où nous avons fait nos adieux à Fiona et Andrew.

Après 17 heures de vol dont 4h en transit à Amsterdam, nous sommes arrivés chez nous, exténués mais heureux de ce beau voyage, probablement le plus beau de tous mes voyages.

 Parcours