Carnets de voyages

Dunedin

Le 6 janvier au matin, nous nous sommes levés aux aurores pour être au rendez-vous de notre activité spéléologie. Nous étions un groupe de 8 (3 français, 3 américains, 2 brésiliens) pour 2 accompagnateurs, Matt et Philippa. La première étape fut d’enfiler les combinaisons de plongée, encore mouillées de la veille, chaussettes et veste comprises. Puis nous sommes allés en bus jusqu’à la grotte. Après un petit cours sur comment faire du rappel, j’ai été le premier à m’engouffrer dans la grotte. Après une descente verticale de 35 mètres, j’ai éteint la lumière de mon casque pour habituer mes yeux à l’obscurité, j’ai commencé à voir quelques vers luisants au plafond. Natacha est arrivée et je lui ai conseillé de faire de même, ainsi qu’aux personnes suivantes. Quand la dernière est arrivée, je voyais des centaines de points verts lumineux au plafond.

Notre groupe de spéléologie aux grottes de Waitomo, NZ - Crédit photo : Blackwater rafting Co.

Notre groupe de spéléologie aux grottes de Waitomo, NZ – Crédit photo : Blackwater rafting Co.

Nous avons ensuite emprunté un couloir au bout duquel nous avons aussi éteint nos lumières, puis on m’a attaché à une tyrolienne. J’ai glissé très rapidement vers les entrailles de la terre, passant à toute vitesse au milieu de milliers de petites lumières vertes. Cet instant était magique et je m’en souviendrai longtemps. Ensuite nous avons plongé dans l’eat sur des bouées en chambre à air puis nous avons observé les vers luisants à nouveau. La suite a été de la spéléologie plus classique : descente å pieds dans la rivière souterraine, passage dans une chatière, exploration de couloirs et remontées de cascades. Nous sommes ressortis au bout de plusieurs heures, tous vraiment enchantés !

Dans une chatière aux grottes de Waitomo, NZ - Crédit photo : Blackwater rafting Co.

Dans une chatière aux grottes de Waitomo, NZ – Crédit photo : Blackwater rafting Co.

Après midi, nous avons repris la route vers le nord, en passant par Raglan, une ville de surfeurs, ou il n’y avait pas beaucoup de vagues ce jour là. Le soir, nous avons retrouvé André et sa famille, ainsi que Dave, avec qui nous avons partagé un repas au feu de bois.

Le 7 janvier au matin, nous nous sommes à nouveau levés tôt pour qu’Anaïs nous emmène à l’aéroport où nous avons pris l’avion pour Christchurch.

Après avoir récupéré notre voiture de location, nous nous sommes dirigés vers le centre ville pour boire un café. La première chose qui nous a frappée est le nombre impressionnant de bâtiments détruits et de rues fermées, 4 ans après le tremblement de terre. La deuxième chose marquante est à quel point la ville est sympathique et chaleureuse malgré la destruction. Nous avons mangé dans un café (C1 Espresso) vraiment génial avec un décor original, du café délicieux (comme partout en Nouvelle Zélande) et un bon menu.

Immeuble détruit par le tremblement de terre de 2011 dans le centre ville de Christchurch, NZ

Immeuble détruit par le tremblement de terre de 2011 dans le centre ville de Christchurch, NZ

Nous avons visité « Re:start », un empilement de containers contenant boutiques variées, cafés, banques, etc… Nous avons été sous le charme, aussi peu glamour que cela puisse sonner.

Quartier temporaire Re:start à Christchurch, NZ

Quartier temporaire Re:start à Christchurch, NZ

Nous avons visité la place de la cathédrale, avec son clocher et sa façade effondrés, puis les jardins botaniques très romantiques.

Nous avons repris la route en direction de la très belle péninsule de Banks, avec des bras de mer s’enfonçant dans la montagne alentour et nous avons fait une halte dans Akaroa la francophile dont tous les noms de rue et de commerces sont en français. Natacha s’est baignée, nous avons fait un autre tour dans cette charmante bourgade avant de repartir poser nos affaires dans notre B&B de Christchurch.

Vue sur Akaroa en contrebas, Banks Peninsula, NZ

Vue sur Akaroa en contrebas, Banks Peninsula, NZ

Le soir, nous avons mangé de délicieux tapas néo-zélandais accompagnés d’excellents vins dans le restaurant « Gustav’s » à la « Tannery », une sorte de marché couvert bobo très plaisant.

Le 8 janvier au matin, nous avons pris la voiture pour Kaikoura où nous avions rendez-vous à 12h15 pour aller voir les baleines. Arrivé un peu en avance, j’ai eu le temps de m’acheter un maillot de bain. Puis nous avons embarqués sur un bateau qui a pris la mer assez houleuse ce jour là. Heureusement, ni Natacha ni moi n’avons eu le mal de mer. À bord, nous avons pu observer de grands albatros, et d’autres oiseaux marins, et le clou du spectacle fut « Matemate », un énorme cachalot que nous avons vu deux fois se reposer avant de plonger et de nous montrer sa gigantesque queue.

Matemate le cachalot plonge, Kaikoura, NZ

Matemate le cachalot plonge, Kaikoura, NZ

De retour sur terre, nous nous sommes arrêtés dans un bouiboui réputé où nous avons mangé des fruits de mer frais : coquilles Saint-Jacques, moules, saumon, langoustes…

L’après-midi nous avons fait une balade en bord de mer sur la péninsule de Kaikoura. Non seulement l’endroit est très beau, mais nous avons vécus un autre moment magique : nous avons pu approcher de très près une colonie de phoques. Il étaient tous plus ou moins en train de se prélasser au soleil et nous avons fait de même en les observant.

Un phoque fait le beau pour nous à Kaikoura, NZ

Un phoque fait le beau pour nous à Kaikoura, NZ

Hier matin, le 9 janvier, nous avons pris un très bon Brunch dans le sympathique « Addington coffee co-op », encore une bonne raison d’aimer Christchurch. Puis nous avons pris la route de la vallée de la rivière Rangitata. En chemin nous nous sommes baignés dans le très beau et très clair « Lake Clearwater », cela nous a rafraîchi du voyage sous le soleil étouffant. Nous avons repris la route de graviers pour arriver à notre destination finale : le mont Sunday, petite colline au milieu de la vallée, qui a beaucoup de caractère et qui a servi de lieu de tournage pour Edoras dans le Seigneur des Anneaux. La vallée du Rohan et sa capitale sont un lieu majestueux, probablement le plus beau que nous ayons vu depuis le début du voyage. Nous avons gravi ce petit sommet, pris quelques photos souvenir, puis continué la randonnée au milieu des moutons et des bras de rivière. Nous n’avons pas résisté à une baignade interdite dans l’eau limpide d’un torrent glacé qui nous a revigorés pour terminer la marche.

Le mont Sunday qui servit de lieu de tournage pour Édoras dans le Seigneur des Anneaux, Vallée de Rangitata, NZ

Le mont Sunday qui servit de lieu de tournage pour Édoras dans le Seigneur des Anneaux, Vallée de Rangitata, NZ

Sur la route du retour, nous avons fait une rapide baignade dans l’eau de « Lake Camp », voisin de Clearwater, avant de retourner à Christchurch. À la Tannery, nous avons passé la soirée à la brasserie artisanale « Cassels & sons », où l’excellente bière et les bonnes pizzas au feu de bois nous ont donnés une raison de plus d’aimer Christchurch.

Ce matin, nous avons du quitter à regrets notre ville néo-zélandaise préférée pour nous diriger vers Dunedin, non sans prendre un dernier brunch dans un café bobo/hipster (le « Beat Street »). Nous avons fait une pause à Oamaru, petite ville côtière très charmante où nous avons visité le séduisant quartier victorien ainsi que le « Steampunk HQ », sorte de musée extravagant consacré au steampunk que nous conseillons volontiers. Nous nous sommes rendu compte que la ville entière a l’esprit steampunk, en voyant quelques autres bâtiments et le parc de jeu pour enfants près du port.

Oamaru et son musée Steampunk, NZ

Oamaru et son musée Steampunk, NZ

Natacha s’est baignée dans la mer puis nous sommes allés à Bushy Beach, où l’on aurait du voir des pingouins, mais nous avons appris plus tard qu’il fallait venir le soir vers 9h ou 10h. Nous y retournerons demain. Nous avons fini la route pour Dunedin où nous avons passé un moment dans notre B&B propret pour écrire des cartes postales avant d’aller au centre ville où nous avons mangé moules et burgers au « Mac Brew Bar », accompagnés de bières locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *