Carnets de voyages

Harare

La soirée de mardi fût joviale, énigmes et blagues autour du feu. La nuit fût fraîche mais nous avons dormi plus longtemps que la nuit précédente.

Éléphants dans le campement

Mercredi, nous avons eu toutes les peines du monde à téléphoner à l’ambassade : le réseau ne passe qu’au pied d’un seul arbre du camp ; nous avons obtenu un rendez-vous pour vendredi 9H pour le passeport de Natacha. Puis tout le groupe a déménagé de la lodge pour aller vers le camp principal. Pendant que nous montions les tentes, un groupe  d’éléphants est passé tout près, à moins de 2 mètres de nous. Malgré la placidité de ces animaux, ce fût un moment impressionnant, presque effrayant. Mais le guide nous a conseillé sur la manière d’agir et de nous déplacer et aucun incident ne s’est produit.

 Buffles

L’après-midi nous sommes repartis pour une marche dans le bush et nous avons vu un groupe de buffles qui m’a paru grand, mais visiblement les troupeaux peuvent atteindre 10 000 individus pendant la saison des pluies !

Jabiru

Nous avons vu de nouveau oiseaux, dont des sortes de cigognes noires à bec rouge très belles. Nous avons pu observer des zèbres au loin et avons appris plein de choses sur la faune et la flore. Nous avons observé des insectes, des phacochères et leurs trous et encore plein d’impalas et de kudus. Pour moi ce fût une journée pleine de nouveaux animaux : le matin même j’avais observé un crocodile se dorer la pilule sur la berge face à la lodge et le sir, des hyènes rodaient dans le camps.

Crododile

La soirée fût de nouveau joyeuse et animée : viande sur le feu accompagnée de sadza (purée de maïs), « charades » (mimes) et histoires terrifiantes et vraies racontées par le guide. Nous avons dit au revoir à Andrew et Fiona avec émotion, avons remercié notre guide et sommes allés nous coucher dans notre tente.

Le lendemain matin, nous sommes partis à 6H avec un couple de retraités anglais qui ont eu la gentillesse de nous emmener jusqu’à Harare. En partant du camp nous avons vu des hyènes, les premières que nous avons vues de jour. Sur la route, nos conducteurs nous ont raconté leurs 15 périples à travers le sud de l’Afrique. C’était passionnant et cela donnait envie d’en faire autant.

Une fois à Harare, nous avons fait faire les photos pour le passeport d’urgence de Natacha puis nous sommes allés chez la mère de Fiona qui nous accueille pour la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *