Carnets de voyages

Kiev – Київ – Киев

Après ce bon petit déjeuner, nous avons pris le métro pour nous rapprocher du centre ville, nous avons traversé un parc très sauvage, assez peu entretenu et malheureusement assez sale, mais ombragé et nous protégeant de la chaleur. Puis nous avons vu la ville, avec ses larges avenues et son architecture monumentale, à commencer par la place de l’indépendance avec ses nombreuses fontaines. C’est un endroit relativement touristique, avec des gens costumés en Bart Simpson et Bob l’éponge, ainsi que des stands avec des faux costumes du XVIIIe siècle pour se faire prendre en photo. Natacha a simplement trempé ses pieds dans une des fontaines, puis nous nous sommes dirigés vers Bessarabsky Rynok.

L'arche de l'amitié

Sur le chemin, nous avons rencontré une manifestation de militants pro-Ioulia Timochenko. Le marché de Bessarabie est un marché couvert, c’est une très beau marché, avec de jolis étals de fruits et légumes, de poissons séchés ou frais, de caviar, de viande. Le plus surprenant étant la viande posée à même les étals de carrelage, sans système de réfrigération. Dommage que les vendeurs étaient si pressants

Marché de Bessarabie

Nous avons ensuite marché jusqu’à Zoloti Vorota, les derniers restes de fortifications anciennes, puis jusqu’à la cathédrale Sainte Sophie. Les jardins de la cathédrale sont très jolis, très bien entretenus, il y a même un carillon. Malheureusement, les façades de la cathédrale étaient en réfection et il était difficile de l’admirer. L’intérieur est partagé entre une décoration baroque un peu trop clinquante à notre goût et de magnifiques fresques et mosaïques millénaires.

Sainte Sophie

Un peu plus loin, nous avons visité le monastère Saint Michel, à l’intérieur très baroque lui aussi. C’est un endroit plus vivant, des cierges y brûlent, des moines y récitent une litanie envoutant, tandis qu’un autre agite son encensoir et ses grelots.

Nous avons ensuite descendu  tranquillement Andriyivsky Uzviz, dont le principal attrait ne vient pas de ses boutiques à touristes mais plutôt des jolies façades décrépies et des pavés inégaux qui en font le charme.

De retour à la maison, après une douche pour faire passer les effets de la chaleur, Ioulia et Sergueï nous attendaient avec un repas ukrainien : bortsch, salo (gras de porc salé), oignons et ails crus, cornichons en saumure, oignons doux de Yalta, le tout arrosé d’une bière locale non pasteurisée délicieuse et de vodka (dont une artisanale très forte). Nous n’avons pas fini bourrés mais ce n’était pas loin. Nous avons ensuite fait une petit balade nocturne digestive avec nos hôtes et leur chat, que nous surnommons désormais le chasseur de hérissons. Nous avons eu de longues conversation avec nos hôtes.

Repas ukrainien

De retour à la maison, nous avons joué à « Gang de castors », puis nous nous sommes couchés épuisés par la chaleur. Même l’orage diluvien ne nous a pas dérangés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *