Carnets de voyages

Aéroport de Sofia – Летище София

Nous avons dû partir de ce charmant village de Koprivchtitsa assez tôt pour pouvoir rendre la voiture à l’agence de location. Nous nous sommes prévu un peu de marge car nous nous souvenions que contrairement au reste du pays, à Sofia il n’y a quasiment aucune indication. Nous avons bien fait car nous avons dû pas mal tourner et demander notre route avant de trouver le terminal 2. Rien à signaler lors de la remise de la voiture : ouf, la caution est rendue. Nous avons pu prendre le bus pour retourner au centre ville de Sofia. Nous nous sommes tout de suite rendus à l’auberge de jeunesse où Yves et Vivien vont rester les 3 jours de plus qu’ils seront dans le pays. L’endroit m’a paru plutôt approprié à notre voyage : ambiance assez « roots », instruments de musique à notre disposition et hôte sympathique qui m’a laissé poser mes affaires bien que je ne dorme pas à l’hostel.

 Famille d’accueil à Koprivchtitsa

Après avoir mangé dans un restaurant, nous avons décidé de traîner au parc et de nous allonger sans rien faire en cette dernière journée. Je n’ai pas réussi à dormir malgré l’ombre et le confort de l’herbe mais cette pause m’a fait du bien. Nous avons fini la journée en jouant de la musique à l’hostel, puis nous sommes allés faire un petit bilan du voyage autour d’un verre : les belles choses, les petits clashs entre amis, les souvenirs, les impressions laissées par le pays et tout ce qui nous passait par la tête.

Puis Vivien et Yves m’ont accompagné prendre le dernier bus pour l’aéroport où je suis maintenant à attendre mon vol pour Vienne qui est le premier de la journée au départ de l’aéroport de Sofia, à 5H25, check-in à 3H25. Ca me fera beaucoup de sommeil à rattraper une fois chez moi.

 Trajet

En attendant, ça me laisse le temps de méditer. Voici quelques impressions me restant :

  • Des gens toujours très accueillants. Souvent la définition même de l’hospitalité.
  • Un pays encore pauvre et sale mais qui a l’air de se développer très vite. Bon courage au bulgares ! Il y a beaucoup de travail !
  • Une chaleur étouffante presque partout en plaine.
  • Un passage à 25km de la Turquie.
  • Un peuple qui peut parfois paraître froid au premier abord mais dont le visage s’illumine dès que l’on fait l’effort de parler un ou deux mots dans leur langue ou que l’on essaye de déchiffrer les inscriptions en cyrillique.
  • Un pays très varié : mer, ville, montagne, campagne, etc…
  • Un pays vraiment très peu cher de tous points de vue.
  • La route difficile entre les nombreux chauffards et parfois beaucoup de trous.
  • Les coiffures « casques » des filles.

Voilà tout, je referme ce carnet pour cette fois avant le prochaine voyage, qui sait ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *