Carnets de voyages

Plovdiv – Пловдив (1)

Hier, j’ai oublié de mentionner que nous avons enfin découvert l’origine de la mauvaise réputation des routes bulgares. La route de Bansko à Batak était pire qu’en mauvais état : les trous dans la route ne peuvent plus être qualifiés de nids-de-poule, mais plutôt de de nids-d’autruche voire d’oiseaux plus gros s’il en existaient. Non seulement ces trous sont larges et profonds, mais en plus ils sont très nombreux, ce qui a rendu la conduite de Vivien acrobatique.

Une route bulgare

Hier soir après le splendide coucher de soleil, nous avons joué de la musique toute la soirée. Fatigués, Yves et moi sommes allés nous coucher. Vivien est allé rejoindre un autre groupe de campeurs sauvages au bord du lac. Il est rentré une heure plus tard ivre mort. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une famille manouche fort sympathique qui ne parlait aucune langue étrangère et qui a choisi de communiquer avec la vodka. D’ailleurs, le père nous en a offert une bouteille ce matin avant de partir.

Une calèche sur la route

J’ai donc pris le volant et mené la troupe à Plovdiv. Encore une fois, s’il y a des panneaux à la campagne, il est impossible de s’orienter en ville. Nous avons retrouvé là Johnattan, un ami de Vivien dont la petite amie est bulgare et dont la famille possède une chaîne d’hôtels dans le pays. Ce soir nous dormirons donc dans une chambre-appartement immense pour le prix d’une auberge de jeunesse. De plus, nous avons pris pleins de conseils à Johnattan, dont le restaurant copieux où nous avons mangé des grillades à midi.

Sieste

Il est 14h30 et il fait vraiment très chaud. Nous allons digérer en faisant une sieste et en attendant que la température descende. Puis nous irons visiter le centre ville et peut-être sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *