Carnets de voyages

Kilmacthomas – Coill Mhic Thomáisín (1)

Hier fût la première journée de notre périple en Irlande. Périple est le mot juste, car la journée fût pleine de rebondissements. Le rendez-vous était pris : 8h30 chez Nico. Nous sommes partis à l’heure malgré les deux heures de sommeil de Nico qui revenait d’Italie et la courte nuit de Vivien qui a joué à Street Fighter jusqu’à 2 heures du matin.

Direction Grenoble ! Sans avoir prévu de plan, ni connaitre le nom de l’aéroport… Nous ne savions même plus l’heure exacte du départ ! Nous pensions que le décollage était prévu pour 11h00. Nous sommes arrivés à Grenoble à 9h45 pour nous rendre compte qu’il fallait rebrousser chemin jusqu’à Saint Geoirs ! Arrivés à l’aéroport à 10h30 hyper stressés, car nous pensions avoir loupé l’enregistrement des bagages et notre vol par la même occasion. Heureusement, l’avion ne décollait qu’à 11h50, ouf !
Répartition du poids des bagages, attente, enregistrement, attente, douanes, attente, embarquement… Résultat : une demi-heure de retard. Arrivés à Stansted, c’est la cata ! La valise de Vivien n’est pas sur le carrousel, nous cherchons sur les autres carrousels, rien. Encore, toujours rien. Vivien va déposer une réclamation, ça prends un peu de temps, on lui explique qu’une fois sa valise retrouvée, on lui fera suivre où qu’il soit. C’est déjà ça, mais Vivien se voit déjà deux semaines sans vêtements, ni tente, ni sac de couchage. Avant de sortir de la zone, nous vérifions les carrousels une dernière fois, toujours rien. Après un tour aux toilettes, nous sortons de la zone. Au passage, Vivien aperçoit son bagage sur le dernier carrousel. Re-ouf !

Bon franchouillard !

Réclamation annulée. Repas bien mérité sur le parvis de l’aéroport londonien. Nico et Vivien sont aux anges de voir que j’ai prévu pain, saucisson et fromage. Ils sont morts de rire lorsque je sors la planche à découper et le couteau. Trois franchouillards pique-niquent en Angleterre ! Ne manque plus que le pinard, que nous ne sortons pas car nous le gardons pour offrir. Le vol de Stansted à Dublin se passe sans encombre, il est presque à l’heure, les bagages sont tous là, personne ne m’embête pour le ukulélé. (Au passage, Vivien a commencé à en jouer dans la voiture en allant à Grenoble, ça me décourage un peu de voir tout le travail qu’il me reste à fournir !)

Nous et la Yaris

À l’aéroport de Dublin, nous récupérons la voiture (une Toyota Yaris bleue) à l’agence de location, malgré une hôtesse pas franchement aidante, ni sympathique. Nous prenons quelques photos sympas puis nous partons pour Waterford
Premières impressions (c’est moi qui ai conduit hier), rouler à gauche n’est pas difficile car il suffit de suivre les voitures devant. En revanche, le fait d’avoir le volant à droite est vraiment perturbant, surtout pour le levier de vitesses et les contrôles visuels. Pour rajouter à la confusion, la signalisation est très différente de chez nous, il faut s’adapter. Nous faisons deux fois demi-tour avant de trouver notre chemin. Il y a peu d’autoroutes en Irlande, les nationales sont étroites, et les autres routes sont en sale état. Donc même si les distances sont courtes, il faut du temps pour les parcourir, d’autant plus que les irlandais roulent lentement (Nous apprendrons plus tard que c’est parce qu’en ce moment, les flics font du zèle…).

Sur la route

Arrivés à Waterford (en ayant partagé le volant avec Nico), la nuit tombe, il reste quelques kilomètres avant la plage de bunmahon où nous avons rendez-vous avec Joe O’Murchadha. La route était belle entre Dublin et Waterford (le ciel, surtout est étonnant), mais là c’était splendide malgré l’obscurité. Et la lune était énorme et magnifique, sur les falaises… Arrivés à Bunmahon, nous retrouvons Joe et Paddy, son frère. En sortant de la voiture, il fait plutôt froid et nous mettons nos pulls pour faire un petit tour sur la plage. Nous apprenons que Joe étudie encore, et Paddy est enseignant. Il voyagent beaucoup (beaucoup !) tous les deux et ont déjà fait le tour du monde, incluant des destinations aussi originales que Djibouti.

Ils nous emmènent dans un pub, et maintenant, nous nous sentons vraiment en Irlande ! Deux jeunes jouent de l’accordéon et du banjo, accompagnés de deux vieux à l’harmonica. Nous commandons Guiness et Whiskey, puis les chaises s’écartent, quatre couples se préparent pour une danse traditionnelle, c’est épatant ! Nous sommes dans l’Irlande profonde, tout le monde se connait ! Les danseurs s’amusent et semblent heureux. Nous aussi.

Danse au pub de Bunmahon

Nous partons à toute vitesse pour Kilmacthomas, prendre un dernier verre dans un pub où un alcoolique notoire nous amuse. Puis nous discutons avec nos hôtes qui ont beaucoup d’humour sur eux et sur leur pays. Ils se moquent de leurs routes pourries, de leurs services publics insuffisants (la “police station” n’est ouverte que le mercredi dans ce village) mais ils disent en être fiers. Ça leur convient, un peu comme le bordel français nous convient. Nous dissertons sur le système éducatif. La religion y semble très présente. L’état paye la construction des écoles, puis les donne aux autorités religieuses, ce qui mène à des abus : parfois au bout de quelques années, l’école ferme et sert de maison à un prêtre retraité.

Nous rentrons chez eux, nous discutons encore, en mangeant des lasagnes (”typiquement irlandaises” nous disent nos hôtes avec le sourire en coin). Ils nous expliquent comment ils gagnent de l’argent sur internet simplement en achetant des choses dans des boutiques, puis en commentant le service. A première vue, le système semble sympathique, mais il y a quelquechose qui me dérange dans la surveillance des employés…

Ce matin, j’ai pris ma douche, avant cela, Paddy m’a prévenu : “it’s a bit crazy“, en effet il faut sortir derrière la maison (ça doit pas être facile l’hiver) et on arrive dans un abri à jardin fait main. Tout est un peu bancal, mais la douche coule chaud, ça suffit largement !

Sláinte = Cheers = Santé
Prononciation : “slaune cheur”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *